Les nouveautés

LE BAL de Diane PEYLIN
Robin, Rosa, Jeanne et les autres
« Il y a des jours où le temps s’arrête pour une longue respiration. Laissant naître des bulles d’air sous le crâne. Des jours entre parenthèses où les draps blancs des fantômes ne couvrent plus le regard des vivants. »
Au cœur de l’été, dans un village du sud-est, Robin rejoint sa femme, sa fille et sa mère dans la maison familiale. Dans ce lieu gorgé de souvenirs, il va tenter de se réapproprier son corps meurtri après une longue maladie. Mais les blessures que l’on voit sont rarement les plus profondes. Au cours de ces semaines caniculaires, des tensions apparaissent à l’ombre du mûrier. L’heure est venue pour chacun d’oser dire les présences invisibles qui les ont éloignés les uns des autres.
LÀ OÙ CHANTENT LES ÉCREVISSES de Délhia OWENS
Pendant des années, les rumeurs les plus folles ont couru sur  » la Fille des marais  » de Barkley Cove, une petite ville de Caroline du Nord. Pourtant, Kya n’est pas cette fille sauvage et analphabète que tous imaginent et craignent.
A l’âge de dix ans, abandonnée par sa famille, elle doit apprendre à survivre seule dans le marais, devenu pour elle un refuge naturel et une protection. Sa rencontre avec Tate, un jeune homme doux et cultivé qui lui apprend à lire et à écrire, lui fait découvrir la science et la poésie, transforme la jeune fille à jamais. Mais Tate, appelé par ses études, l’abandonne à son tour.
La solitude devient si pesante que Kya ne se méfie pas assez de celui qui va bientôt croiser son chemin et lui promettre une autre vie.
Lorsque l’irréparable se produit, elle ne peut plus compter que sur elle-même…
La Chasse
LA CHASSE de Bernard MINIER
 » Il y a des ténèbres qu’aucun soleil ne peut dissiper. « 
Sous le halo de la pleine lune, un cerf surgit de la forêt. L’animal a des yeux humains. Ce n’est pas une bête sauvage qui a été chassée dans les forêts de l’Ariège…
Dans ce thriller implacable au final renversant, Bernard Minier s’empare des dérives de notre époque. Manipulations, violences, règlements de comptes, un roman d’une actualité brûlante sur les sentiers de la peur.
Une enquête où Martin Servaz joue son honneur autant que sa peau.
La vie est un romanLA VIE EST UN ROMAN de Guillaume MUSSO
« Un jour d’avril, ma fille de trois ans, Carrie, a disparu alors que nous jouions toutes les deux à cache-cache dans mon appartement de Brooklyn. » Ainsi débute le récit de Flora Conway, romancière renommée à la discrétion légendaire. La disparition de Carrie n’a aucune explication. La porte et les fenêtres de l’appartement étaient closes, les caméras de ce vieil immeuble new-yorkais ne montrent pas d’intrusion. L’enquête de police n’a rien donné. Au même moment, de l’autre côté de l’Atlantique, un écrivain au cœur broyé se terre dans une maison délabrée. Lui seul détient la clé du mystère. Et Flora va le débusquer. Une histoire étourdissante et jubilatoire ! Un bel hommage aux écrivains par un ensorceleur de génie !
La Datcha
LA DATCHA de Agnès MARTIN LUGAND
 » L’homme venait de me déposer dans un décor de rêve, dont je n’aurais même pas soupçonné l’existence. L’hôtel en lui-même était imposant, majestueux ; les pierres, les grands volets, les immenses platanes tout autour de la cour, la fontaine couverte de mousse qui lui conférait un aspect féerique. Je ne tiendrais pas deux jours, je n’étais pas à ma place. Devais-je fuir immédiatement, retrouver ma vie d’errance dont je connaissais les codes, où je savais comment survivre, ou bien rester et tenter ma chance dans ce monde inconnu, étranger, mais qui exerçait sur moi une attraction aussi soudaine qu’incontrôlable ? « 
Les enfants sont roisLES ENFANTS SONT ROIS de Delphine DE VIGAN
« La première fois que Mélanie Claux et Clara Roussel se rencontrèrent, Mélanie s’étonna de l’autorité qui émanait d’une femme aussi petite et Clara remarqua les ongles de Mélanie, leur vernis rose à paillettes qui luisait dans l’obscurité. “ On dirait une enfant ”, pensa la première, “elle ressemble à une poupée”, songea la seconde.
Même dans les drames les plus terribles, les apparences ont leur mot à dire. »
À travers l’histoire de deux femmes aux destins contraires, Les enfants sont rois explore les dérives d’une époque où l’on ne vit que pour être vu. Des années Loft aux années 2030, marquées par le sacre des réseaux sociaux, Delphine de Vigan offre une plongée glaçante dans un monde où tout s’expose et se vend, jusqu’au bonheur familial.
IntuitioINTUITIO de Laurent GOUNELLE
Un thriller initiatique au suspense aussi original qu’haletant qui vous conduira à découvrir le pouvoir le plus fascinant qui soit : le vôtre.
Timothy Fisher, jeune auteur de polar, mène une vie tranquille dans une rue du Queens à New York, avec son chat Al Capone. Quand deux agents du FBI se présentent à sa porte pour lui demander de les aider à arrêter l’homme le plus recherché du pays, il croit d’abord à une plaisanterie. Mais après un moment de rejet, il finit par accepter leur étrange proposition : rejoindre un programme secret visant à former des intuitifs, des personnes capables d’accéder à volonté à leurs intuitions.
D’abord sceptique, Timothy, qui croyait avoir une existence banale, découvre que le monde cache des possibilités insoupçonnées.
Il se retrouve embarqué dans une course contre la montre qui le conduit à apprivoiser ce pouvoir méconnu mais accessible à tous, un pouvoir qui nous montre la vie telle qu’elle est véritablement : extraordinaire.
J'ai pas fini mon rêveJ’AI PAS FINI MON RÊVE de Henri GOUGAUD
« Les mémoires demeurent à tout instant vivantes. Le passé ne sait que mourir. Je n’ai voulu parler, avec vous, que de vie. »
Est-ce son don de conteur qui a offert à Henri Gougaud de s’inventer mille vies ? Dans ce récit riche et vibrant, écrit d’une plume tendre et amusée, l’écrivain et poète nous dévoile ses chemins secrets. Ils suivent les bouleversements de l’histoire : l’Occupation allemande vécue, enfant, à Carcassonne dans une famille de résistants. Puis le départ pour Paris et la vie d’artiste, le monde libertaire, les cabarets de la Rive Gauche où il devient parolier de Gréco, Ferrat, Reggiani, puis l’expérience de la radio, aux côtés de Claude Villers, où il transmet l’immense répertoire de la tradition orale des contes. Jusqu’à l’écriture, à laquelle il décide de se consacrer.
Cette aventure d’une grande humanité, qu’il dédie à son fils, Aurélien, dévoile les horizons infinis qui se cachent en nous et disent toute la puissance, le mystère et la richesse de la vie.
L’ADIEU INTERDIT de Marie DE HENNEZEL
 » Je remets en cause la folie hygiéniste qui, sous prétexte de protéger les personnes âgées arrivées dans la dernière trajectoire de leur vie, impose des situations proprement inhumaines. « 
Les seniors sont au cœur de la crise que nous connaissons du Covid-19 : 71% des décès directement issus du virus Covid-19 sont des personnes âgées de 75 ans et plus. Les protéger est un objectif politique majeur. Mais si, voulant les protéger, nous les asphyxiions ?
Marie de Hennezel, dans une dénonciation forte dans Le Monde du 4 mai 2020 :
 » Je remets en cause la folie hygiéniste qui, sous prétexte de protéger les personnes âgées arrivées dans la dernière trajectoire de leur vie, impose des situations proprement inhumaines. « 
L’Adieu interdit développe cette dénonciation de la politique de confinement strict des âgés à l’heure du covid-19, leur interdisant embrassades avec leur enfants ou petits-enfants, mots d’adieu, présence de proches. L’accroissement du déni de mort de notre société, la remise en cause des acquis sur la dignité du mourir, la négation du besoin d’accompagnement du mourant dans ses derniers moments, sont les conséquences de cette politique.
Dans un texte fort, et doux, elle rappelle la nécessité de méditer sur le sens de l’existence,  » Et sur une vie où le devoir d’accompagnement de ceux qui vont mourir impose naturellement la présence et les mots d’adieu « .
De retour de Florence, où j’étais allé passer une dizaine de jours pour oublier Clara Stern, je ne pouvais imaginer que le destin me ramènerait en Toscane quelque neuf mois plus tard – et encore moins que j’y trouverais l’amour. Renaissance italienne est paru en 2008 et a reçu le prix Lavinal Printemps des lecteurs.
Il y a la Toscane des villes et la Toscane des campagnes. Ce sont deux aspects que l’auteur a cherché à nous faire découvrir. La Toscane urbaine avec Florence, Pise et Sienne, son patrimoine architectural et artistique exceptionnel, son art de vivre raffiné. La Toscane des campagnes, parsemée de petites villes pittoresques(Volterra, Pistoia, San Geminiano…). C’est un ouvrage magnifique sur cette région exceptionnelle, on se régale à voyager dans ce livre rare.
Après avoir réalisé les recettes proposées dans cet ouvrage, vous aurez l’impression d’avoir pris des cours à domicile auprès d’un grand chef. Les photographies de qualité qui illustrent chaque étape et les instructions simples qui les accompagnent vous guideront dans la préparation de bons petits plats, depuis l’inventaire des ingrédients jusqu’au dressage dans les assiettes. Suivre ces recettes pas à pas vous permettra de cuisiner sans effort, de façon toujours réussie et, surtout, avec beaucoup de plaisir. Même les débutants pourront préparer en toute confiance n’importe quel plat présenté ici, qu’il soit salé ou sucré, et ce en quelques minutes seulement. Quelle que soit votre expérience dans une cuisine, vous serez sûr de trouver dans ce magnifique ouvrage beaucoup de joie et d’inspiration.
La seule évocation du lac de Côme fait rêver à l’un de ces lieux mythiques où la beauté du décor naturel et le raffinement de l’art se marient dans une harmonie incomparable. Montagnes neigeuses et villas aux luxuriants jardins y composent un paysage parfait, qui a depuis toujours exercé sa séduction sur l’imagination des voyageurs. Longtemps séjour obligé du cosmopolitisme élégant, il est devenu but de pèlerinage pour les fervents de littérature, qu’il s’agisse de Stendhal, dont le souvenir est désormais inséparable de ces eaux alpestres et musicales, de Flaubert, de Taine, de Barrès, de James, de Morand et de tant d’autres. Le présent ouvrage invite à une libre promenade le long de ces rives qui semblent réaliser l’idéal du pittoresque, et, de génération en génération, offrir aux artistes la promesse du bonheur.

Les commentaires sont clos.